république du Sénégal
assemblée Nationale


Réunion du réseau parlementaire de lutte contre le VIH/Sida du 03 au 04 octobre 2013

| Consultés 706 fois

Monsieur Didier BERBERAT, Président de la Commission Education, Communication et Affaires Culturelles de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF) ;

Monsieur Jacques NZEKE MOKAKO, Coordonnateur des questions VIH/Sida auprès de la Commission Education, Communication et Affaires Culturelles de l’APF ;

Monsieur Victor Kaput MAKWENGE, Président Conseil d’Administration de ROLL-BACK MALARIA ;

Mesdames, Messieurs les Chefs de Délégation ;

 

Monsieur le Coordonnateur du Comité Sénégalais de préparation de notre rencontre,

Monsieur Swend ROBINSON, Conseil Principal du Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose, le Paludisme ;

Madame Brigitte QUENUM, Conseiller Principal ONUSIDA ;

Docteur Oumar NDOYE, Ancien Coordonnateur des Questions VIH/Sida ;

Mesdames, Messieurs les Parlementaires (Députés, Sénateurs) ;

Excellence, Mesdames, Messieurs les Ambassadeurs ;

Monsieur Christian SAELENS, Délégué de la Wallonie-Bruxelles ;

Monsieur le Grand Serigne de Dakar Abdoulaye Makhtar DIOP et Honorable Député à l’Assemblée nationale;

Monsieur l’Abbé Léon DIOUF, Représentant du Cardinal Théodore Adrien SARR ;

Monsieur le Représentant du Ministre de la Santé, de l’Action sociale ;

Madame la Représentante du Ministre de la Promotion de la Bonne Gouvernance, chargé des Relations avec les Institutions ;

Mesdames, messieurs les députés sénégalais

Mesdames, messieurs les participants,

Chers invités,

Nous sommes, ce matin ici à Dakar réunis à l’invitation de la Section Sénégalaise de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF) et du Réseau Parlementaire de lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme. Il s’agit de la réunion annuelle de ce réseau.

Je voudrais, au nom des 150 députés de notre pays, des membres du Réseau et de ses dirigeants, remercier tous les participants qui ont répondu favorablement à l’invitation à eux adressée, en venant participer aux échanges inscrits à l’ordre du jour de nos rencontres les 3 et 4 Octobre 2013, que nous consacrons au Sida, aux manifestations multiples et désastreuses de cette maladie qui n’épargnent aucun pays, aucun continent.

Depuis de longues années dans les Instituts et Laboratoires de recherche dans les Universités, au sein des formations sanitaires, des initiatives concertées et des actions partagées par la Communauté des Savants ont été mises en œuvre pour juguler de manière durable ce fléau du Sida.

Il est aujourd’hui établi et reconnu que le Sida constitue et demeure malgré les progrès réalisés dans le combat engagé, une menace sur la survie des sociétés humaines et présente des dangers graves par le mode de propagation du mal, frappant en majorité les catégories sociales les plus défavorisées, donc très vulnérables, allant jusqu’à provoquer un processus de dégénérescence endémique dans les Communautés et, dans certaines conditions, aux enfants qui naissent.

Les spécialistes parlent de transmission du Sida de la mère à l’enfant, par le biais des cellules et des neurones, à mesure que le fœtus se développe sur un cycle de 9 mois en moyenne dans le ventre de la parturiente, rongée, chaque jour davantage, par la perte progressive de ses propres et naturelles défenses immunologiques conférées à chaque être humain. Vous êtes habitués à gérer ces données, vous, éminents spécialistes de la Science médicale et de la biologie le Code génétique composé de l’ADN et d’autres paramètres.

Je n’irai pas loin dans ce domaine. Vos débats de ce jour et de demain porteront, je le sais sur ces données et sur ces référents  fondamentalement scientifiques et c’est le mérite qu’il faut saluer et reconnaitre avec respect aux initiateurs et aux organisateurs de la présente conférence qui fera date dans la longue série des actions menées par l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie dans ses nobles ambitions à vocation humanitaire et pédagogique dans la marche volontaire  et organisée vers plus de sécurité, plus de bien-être, davantage de capacités d’épanouissement partagé pour tout l’homme et tous les hommes sur la planète terre.

Monsieur le Président de la Commission de l’Education de la Communication et des Affaires Culturelles (CECAC) de l’APF ;

Mesdames, Messieurs les membres de la Section sénégalaise de l’APF ;

Mesdames, Messieurs les participants,

Avec le développement de l’industrie, dans le cours du 19esiècle, avec celui des transports maritimes et ferroviaires, les maladies ont tendance à se propager d’un continent à un autre. Peuvent être citées, par exemple, la tuberculose et la lèpre, sur les navires et paquebots, la peste véhiculée par les rats et les rongeurs, la rage, la fièvre jaune et tant d’autres phénomènes de pathologie.

Mais chaque fois, le génie humain dans ses multiples dimensions a permis de faire face pour relever les défis et refuser la fatalité et la résignation,  lutter et gagner.

Sous ce regard, la lutte contre le Sida, au vu des avancées constatées et les découvertes  successives sur les vertus bloquantes ou curatives de nouvelles substances révélées par les savants et les chercheurs, cette lutte se poursuit et peut conduire l’humanité à remporter là-aussi une victoire éclatante contre ce fléau.

Dans ce combat, les parlementaires de tous les pays en général, représentants et porte-paroles des peuples du globe ont pris la résolution bien ferme, d’apporter leur contribution. Dans ce cadre, l’Assemblée parlementaire de la Francophonie a joint sa voix et ses capacités aux autres entreprises contre le Sida.

Votre réseau mérite les encouragements et le soutien vigilant de tous les intervenants et organisateurs qui se sont mobilisés au service de cette noble croisade.

Je déclare ouverts les travaux de la présente rencontre du Réseau parlementaire de lutte contre le Sida.

Je vous remercie.

Moustapha NIASSE